• Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
  • Fédération Atmo
 
ActualitésQui sommes-nous ?L'air que l'on respireL'atmosphèrePublicationsRéglementationsEspace membres
Accueil arrow Qui pollue, quel impact ? arrow Les transports arrow La qualité de l'air près du périphérique parisien : Zoom sur la porte de Gentilly

Dans votre région :

Reseau Atmo

Rechercher :

scoopit Veille Air|Climat
Énergie|Santé


portail-environnement

La qualité de l'air près du périphérique parisien : Zoom sur la porte de Gentilly
Écrit par Airparif   
25-11-2009
Si les niveaux des différents polluants du trafic routier sont toujours plus importants à proximité du Boulevard périphérique, ils varient aussi selon son environnement immédiat et son aménagement. Tel est l'enseignement majeur de l'étude de qualité de l'air effectuée autour de la porte de Gentilly à Paris.

Le Boulevard périphérique est une source particulièrement importante de pollution en tant qu'axe le plus emprunté de l'agglomération parisienne. Or de nombreux habitants en sont voisins, ainsi que des bâtiments recevant un public souvent sensible (écoles, maisons de retraites, hôpitaux...). Il est donc essentiel de comprendre comment la pollution se disperse autour du boulevard, en particulier dans les premières dizaines de mètres, et de disposer de données quantifiées sur les niveaux qui sont atteints. Échangeur de la porte de Bagnolet, principaux axes de l'Essonne et du Val-de-Marne, abords de l'A4 à Charenton-Le-Pont et maintenant Périphérique au niveau de la porte de Gentilly... Une série d'études menées par Airparif a permis de dégager les grandes tendances sur l'impact d'un très grand axe autoroutier en général en fonction des polluants : de l'ordre de 200 m pour le dioxyde d'azote et de quelques dizaines de mètres pour le benzène et les particules. Cette zone d'impact varie en fonction du trafic, de l'urbanisme avoisinant. Topographie et situation de l'ouvrage routier (suspendu, en contrebas, en tranchée ou à niveau) jouent aussi un rôle important dans la dispersion de la pollution. La nouvelle étude porte de Gentilly a été menée pour analyser ces influences selon différents cas de figure. Cette étude, pilotée par le Conseil régional d'Ile-de-France (Monsieur Jean-Félix Bernard), a été menée à la demande de l'association Ile-de-France Environnement*. La zone d'étude se situe dans le 13e et le 14e arrondissement de Paris, ainsi que dans la commune de Gentilly. L'urbanisme y est contrasté : relâché au nord (cité universitaire, stade, cimetière...), plus dense au sud (habitats individuels et collectifs). Les configurations du Périphérique y sont très diverses, notamment en terme d'aménagement des voies. D'autre part, avec le stade Charléty, le collège Évariste Galois, la Cité universitaire, ou encore une maison de retraite, cette zone est bordée par des établissements très fréquentés, notamment par un public sensible (enfants, personnes âgées). La campagne de mesure a été menée en partenariat avec le LHVP (Laboratoire d'hygiène de la ville de Paris) qui a effectué les mesures de la qualité de l'air à l'intérieur de certains bâtiments du secteur d'étude.

Au total, 79 points de mesure ont été mis en place sur une bande de 300 m de part et d'autre du périphérique pendant un mois. Trois polluants liés au trafic routier ont été suivis : les oxydes d'azote, le benzène et les particules, réglementés pour leurs effets sur la santé et dont les niveaux à proximité du trafic sont problématiques en Ile-de-France. Cette vaste campagne de mesure a eu lieu du 24 octobre au 21 novembre 2006. Pour comparer air intérieur et air extérieur, 18 points de mesure ont été mis en place à la fois en façade et à l'intérieur de six bâtiments, à différents étages. Des appareils automatiques ont également été installés dans deux bâtiments recevant un public (collège et maison de retraite).


* L'étude a été financée par le Conseil régional d'Ile-de-France, par la Mairie de Paris, par les Conseils généraux des Hauts-de- Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, par l'Ademe, par la Drire et par le Syctom.

 

 
© 2017 Fédération ATMO France